RENCONTRE DE CONCERTATION – MANOIR D’IRLANDE

Classé dans : Nouvelles | 0

Banc de sédiments dans la rivière Bécancour

(à l’exutoire de la rivière Bagot)

 

Suite à l’initiative de l’Association de Protection du lac à la Truite d’Irlande (APLTI), plusieurs acteurs ou intervenants dans la gestion des cours d’eau se sont rencontrés mardi le 4 décembre au Manoir d’Irlande afin de se concerter pour trouver une procédure ou une intervention à l’égard d’un banc de sédiments qui se forme dans la rivière Bécancour à l’exutoire de la rivière Bagot.

Ces acteurs comprenaient Réjean Vézina et Benoît Lemay de l’APLTI, Marie-Line Pedneault et Marie-Christine Courte du MDDELCC, direction de la Chaudière Appalaches, Renée Vachon de la MRC des Appalaches, Léo Ouellet de la MRC de l’Érable, Simon Lemieux du GROBEC, Miroslav Chum ingénieur en hydrologie ainsi que Jean-François Hamel, maire d’Irlande.

La rivière Bagot (toponyme officialisé le 6 octobre 1983) est un affluent de la rivière Bécancour et prend sa source dans la municipalité de St-Adrien d’Irlande sur une longueur de 9,5 km pour se déverser dans la rivière Bécancour entre le lac à la Truite d’Irlande et l’Étang Stater.

Dans les années 50, lors de la mise en place du barrage de l’Étang Stater, son dernier tronçon de moins de 1 km qui se déversait dans l’Étang Stater fût redressé pour faire place à une digue afin de se déverser directement et perpendiculairement dans la rivière Bécancour.

La photo-interprétation historique du lac à la Truite d’Irlande réalisée en février 2018 par l’équipe de RAPPEL, coop de solidarité en protection de l’eau, conclu que ce redressement a eu pour effet d’accélérer le processus d’accumulation sédimentaire dans le lac à la Truite. La progression la plus marquante fût entre 1966 et 1979. Sûrement lors de cette période que le drainage des terres agricoles a eu pour effet de faciliter cette progression.

Ces échanges ont permis d’étoffer auprès des gens concernés toutes les actions qui ont été réalisées au cours des trois dernières années par la municipalité d’Irlande et l’APLTI, soient les études et analyses par les ingénieurs Miroslav Chum et Luc Dubreuil, vidéo par drone, plainte à la MRC des Appalaches, photo-interprétation, restauration du barrage etc. Depuis le devis technique de Monsieur Chum en novembre 2015, le banc de sédiments a doublé en superficie qui est maintenant plus de 2 000 mètres carrés. On peut constater maintenant depuis quelques années, une forte formation d’ensablement au delta du lac William.

La municipalité d’Irlande était prête en janvier 2016 à demander un certificat d’autorisation auprès du ministère de l’environnement. Par contre, ce dernier n’est nullement favorable à la création de bassin ou fosse à sédiments dans les cours d’eau, alors les chances étaient minimes à recevoir un tel certificat d’autorisation pour enlever ce banc et créé un bassin de sédimentation.

Les organisateurs, de cette rencontre très cordiale et qui a duré trois heures, sont très satisfait des échanges et discussions et remercie tous les participants pour leurs collaborations. Sous peu le ministère de l’environnement, les informerons de leur position et interventions qui seront requises. La MRC des Appalaches aura à faire une demande d’autorisation générale. La municipalité d’Irlande, l’APLTI et le GROBEC verront à court terme à effectuer une caractérisation de cette rivière afin d’y trouver des solutions en amont avec les propriétaires agricole et leurs voisins de St-Adrien d’Irlande pour réduire la sédimentation à plus long terme vers la rivière Bécancour. Ce sont toutes des actions qui permettront de diminuer l’ensablement du lac à la Truite d’Irlande et des autres lacs William et Joseph sur cette rivière.

Pour plus d’informations visitez notre page 2015 Rivière Bagot, Bassin à sédimentation

À suivre en 2019

 

LES PARTICIPANTS

        

 Superficie au 25 octobre 2018

 16 septembre 2017

  25 octobre 2018