Cliquez sur l’image pour lire le projet

2018-07-18 Un partenaire s’ajoute au projet – GROBEC   

Il me fait plaisir de vous annoncer la participation financière de GROBEC  à notre projet AGIR ENSEMBLE-HAUTE BÉCANCOUR. L’organisme de bassin versant va prendre en charge le volet 3.1 du projet, soit l’Évaluation des ouvrages d’assainissements des eaux usées au montant de 2 185$. Nous les remercions grandement.

 

Voici notre plus gros défi, AGIR ENSEMBLE – HAUTE BÉCANCOUR. Ce projet est encore plus important que la restauration du barrage de l’étang Stater. Celui-ci nécessite la participation de tous les acteurs du milieu, gouvernements, municipalités, entreprises, citoyens etc.

En juillet 1969, dans «L’Union» (page 1 et 6) on apprenait qu’un Comité «Eau Claire» former par l’Association de chasse et pêche de Plessisville serait chargé d’installer 60 postes d’échantillonnages sur le parcours de la rivière Bécancour à partir de Robertson jusqu’à Daveluyville afin d’étudier le degré de pollution existant dans les trois lacs. L’ACPP s’attendait à ce que la population admette qu’il n’était pas trop tard pour agir et qu’on pouvait travailler immédiatement afin d’enrayer la pollution qui menace la région.

 

Dans «Le Soleil  du 1er mars 1979 (page 4)» on apprenait que des groupements sportifs et socio-économiques de la région de l’Amiante menaient une action concertée, en vue de hâter la dépollution de la rivière Bécancour sur une distance de 25 milles, soit depuis le lac Bécancour jusqu’au lac William. La formation de ce comité d’action survient au moment où le ministère québécois de l’Environnement s’apprête à investir des sommes considérables pour dépolluer les cours d’eau au Québec. Deux semaines plus tard, dans le même quotidien à la page 3, on lisait que 15,000 citoyens  prenaient l’engagement de garder la rivière Bécancour propre.

 

L’APLTI, à l’été 2017, suite au profit de son souper bénéfice et de son tirage, a réalisé le «Suivi de la qualité de l’eau de la Haute Bécancour» qui comme on le savait d’avance est TRÈS MAUVAISE.

Notre projet actuel  est de réaliser les recommandations du rapport de Suivi de la qualité de l’eau 2017, évaluer les performances des usines d’épuration qui se jettent dans la Bécancour avec Fondation Rivières et de réaliser une étude de faisabilité afin de réduire la pollution dans la rivière à partir de l’usine d’épuration de Black Lake avec RAPPEL-Coop de solidarité.

Nous sommes persuadé qu’avec cette phase 1 de ce projet, nous trouverons avec notre détermination et notre créativité des solutions afin d’offrir à nos concitoyens un environnement sain ainsi qu’une rivière dont nous serons tous fier! La protection de l’environnement n’a jamais été aussi forte. Le dernier budget provincial a accordé pour la première fois des sommes financières pour contrer les plantes exotiques et envahissantes de nos lacs.

La rivière Bécancour a déjà eu sa lueur d’espoir, car dans «La Presse du 7 novembre 1991 (page 7)» on pouvait lire que les efforts déployés par le gouvernement du Québec, les municipalités, les entreprises et les agriculteurs ces dix dernières années, ont permis d’améliorer grandement la qualité des eaux du bassin de la rivière Bécancour grâce au Programme d’assainissement des eaux du Québec (PEAQ).