Avant 1955, le développement minier  a fort probablement causé des apports important en sédiments dans la rivière Bécancour. On n’a qu’à penser à la mine Bell qui a été en exploitation de 1934 à 1970 et qui était situé  à quelques lieu de la rivière. C’est en 1955, que la minière Lake Asbestos débute la vidange du lac Noir, dans le but d’exploiter un gisement d’amiante se trouvant sous son lit. Cette opération  durera jusqu’en 1959. Elle aura coûtée 35 millions de dollars et 30 000 000 de verges cube de boues auront été déplacées dans la Bécancour.[1]

Au préalable, soit en 1954, Lake Asbestos aura pris soin de construire un barrage à ¾ de milles en amont du lac à la Truite d’Irlande créant ainsi un lac artificiel de 1¾ milles de longueur et de ¾ mille de largeur (entre 125ha et 225ha). Le but était de créer un bassin de sédimentation afin d’éviter tout enlisement du lac à la Truite d’Irlande par les boues de vidange du lac noir.[2]

Ce barrage créé en 1954 était la chose la plus importante pour éviter l’envasement et l’ensablement du lac à la Truite d’Irlande ainsi que les autres en aval tel que le lac William et Joseph. En examinant les photos suivantes, à vous de juger si ce barrage a fait  sa mission ainsi que ces mandataires.

Cette structure de retenue de l’Étang Stater a été mise en place en 1955 pour capter également une partie de sédiments provenant d’abondantes activités minières localisées en amont, dans le bassin de la rivière Bécancour. Le but visé de l’étang était de créer un volume d’eau suffisant pour diminuer considérablement la vitesse d’écoulement du cours d’eau et favoriser la déposition des sédiments. Actuellement, pratiquement tout le volume actif du plan d’eau est rempli. Les sédiments charriés par la rivière transitent la retenue de l’Étang Stater et sont déposés dans le plan d’eau plus en aval, le lac à la Truite. À son tour, ce lac subit un envasement intensif, qui risque de conduire à une forte dégradation, voire à sa disparition.

En juillet 2015, la municipalité d’Irlande a accordé un mandat à Monsieur Miroslav Chum, ingénieur en hydrologie, environnement et habitat aquatique de Mégantic pour effectuer la bathymétrie de ce réservoir afin de permettre d’établir le volume actuel des eaux retenues et de statuer sur la distribution des sédiments dans l’Étang Stater et dans les principaux tributaires. Une analyse hydrologique et hydraulique du déversoir a été réalisée afin d’établir la cote maximale envisageable sans avoir à intervenir sur la structure de la digue déjà en place.

Suite à cette étude réalisée par notre municipalité, en janvier 2016, une première demande d’aide financière a été envoyée au Fonds National de Conservation des milieux humides. Celle-ci fût accordée le 7 juillet 2016 pour un montant de 115 000$ tel que demandé.

[1]    Cloutier F. (1965)  Ministère des Richesses Naturelles, Mémorandum : pollution de la rivière Bécancour

[2]    Fortier C. (1983) Black Lake lac d’amiante 1882-1982 Tome I : Amiante et chrome dans les Appalaches : cent ans d’histoire, page 163